Mickaël Arcos

samedi, octobre 10, 2009, 03:18 PM ( 37 lectures ) - Cinéma - Posté par Mickaël
District 9 est l'oeuvre de Neill Blomkamp, un canadien originaire d'Afrique du Sud, plutôt orienté à la base sur l'image et les effets visuels.

District 9 est un film hors du commun. D'un réalisme à toute épreuve il met en scène la dure cohabitation entre les sud africains et les crevettes, ces créatures de l'espace égarées, dont le vaisseau spatial surplombe Johannesbourg depuis plus de vingt ans sans bouger d'un centimètre. En panne.

Les habitants de ce vaisseau sont affaiblis, et rapatriés sur terre dans un quartier-ghetto appelé District 9. Ils ne sont pas particulièrement autonomes, et sont la source de beaucoup de violence dans la ville. Ils se reproduisent et enquiquinent la population. Il faut les déplacer, dans le district 10. Un employé de la MNU, à l'aspect gentil organisateur, est en charge de la mission, qui le dépasse dès les premières heures.

Le film est haletant. Le temps passe vite. Les problèmes de criminalité, de violence, de survie dans le district nous font oublier que le documentaire se transforme en film dans lequel Wikus van der Merwe devient la cible à la fois des bandits et de l'état sud-africain puisqu'il arrive à manier les armes de ces créatures, dont l'usage pourtant n'est possible qu'en possédant l'ADN extra-terrestre en soi.

L'intrigue devient politique. Wikus est un objet. Il est traqué. Malheureusement le film dont la première partie était très prometteuse se transforme en course-poursuite avec des grosses machines extra-terrestres, ce qui n'exploite pas le potentiel de l'intrigue.

Cependant le film futuriste qui se passe dans le passé devient le film le plus audacieux de ceux que j'ai vu cette année. Et il n'a pas d'équivalent dans ce qui est faux-documentaire et extra-terrestre.

vendredi, août 7, 2009, 02:40 PM ( 26 lectures ) - Week-Ends - Posté par Mickaël

C'est choses-là arrivent. Partir en Week-end à Lajoux, et arriver à La Joux. L'un est au Jura, l'autre en Haute Savoie. L'un était prévu, l'autre improvisé. Grâce à qui ? Voyages-sncf qui quand on tape Lajoux nous vend avec assurance un billet pour La Joux. Google Maps répond le contraire. En même temps à Lajoux le train n'y va pas... (il s'arrête à Saint-Claude). On s'arrête aux Houches finalement, car La Joux en Haute-Savoie ne nous dit rien de particulier.

Peu importe finalement car l'objectif était de passer un week-end hors de Paris (checked), à la montagne (checked), faire de la randonnée (checked). En sus une bonne raclette à Chamonix.

La randonnée de l'Aiguillette des Houches est le must local, où l'on peut voir la chaîne du Mont Blanc depuis le nord, ainsi que ses monumentaux glaciers tels que les Bossons. La montée par le chalet de Chailloux est rude, mais le paysage en vaut la chandelle. La descente tout aussi longue peut se faire par Bel Lachat où l'on emprunte alors une portion du GR 5, qui est le chemin du tour du Mont Blanc.

dimanche, juillet 19, 2009, 11:31 PM ( 27 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
En rouge mes déplacements en vélo, et en bleu en train.


Afficher Vacances en France en train & vélo sur une carte plus grande

dimanche, juillet 19, 2009, 10:38 PM ( 27 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
C'est le jour des vacances où on a tous dit un jour, "Demain je travaille". Dommage. Pour m'éviter 4 TER de 9h à 20h pour faire Aix en Provence Paris avec mon vélo (en passant par Marseille, Lyon et Dijon), j'échange mes billets pour le TGV. Le vélo reste à Villelaure le temps de trouver un aimable automobiliste pour faire la route en voiture.

Je profite donc de ce dernier jour pour buller, et continuer sur la lancée du samedi mon esprit "après 350 bornes de vélo ça fait du bien de se poser".

J'en profite aussi pour constater que :

- Le TGV n'aime pas les vélos. Pour les longues distances, si on veut emmener le vélo soit on colle la carte du métro parisien sur toute la France et on joue aux correspondances les plus courtes, soit on prend la voiture. Les TGV qui prennent les vélos existent cependant, mais c'est pas toi qui choisit où tu vas, c'est lui.

- On bouffe bien en France. Le McDo fut sur mon parcours un simple hotspot WiFi. Contre toute prévision, mon trip estampillé Sport & Culture s'est également doté de la mention "Gastronomie". Moules-frites, magret de canard, glaces maison, rouge et rosé et j'en passe des plats plus ou moins cuisinés mais avec du bon produit. Ne me croyez pas si gourmet, je m'accommode de tout et apprécie plus la compagnie autour de la table que le plat au fond de l'assiette, mais je constate...

- Pour un parcours à plus long terme, le sac de couchage voire la tente sont de rigueur. Difficile de réserver hôtel, chambre d'hôte ou auberge de jeunesse quand on est dépendant le matin de la météo, de la surface et du dénivelé du parcours, de la fatigue... et de l'inspiration. Le tout sur le vélo, sans sac à dos, permet un grand confort. On ne porte plus ses bagages, on pousse le vélo.

C'est l'heure du départ. TGV à la gare d'Aix en Provence, et j'attends. A la fenêtre le paysage défile à très grande vitesse.

C'est la fin des vacances.

Paris Gare de Lyon, tous les voyageurs sont invités à descendre du train.

<<Premier <Précédent | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | Suivant> Dernier>>