Mickaël Arcos

samedi, septembre 27, 2008, 10:49 AM ( 27 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
Après deux jours à Riga, direction Jurmala. A quelques kilomètres à peine de la capitale, Jurmala est LA grande cité balnéaire de la Baltique... en Juillet et en Août. Mais il paraît cependant que la fréquentation aurait tendence à décroitre avec l'arrivée des compagnies low-cost et l'ouverture à l'Europe.


Dans la ville de Jurmala.
















Quoiqu'il en soit c'est une plage immense, longue de 20km et très large, de sable très fin et suffisamment dur près des vagues pour faire du vélo, et mou derrière pour faire du beach-volley.





Bon par contre en septembre... c'est mort. Et c'est froid. Il n'y a qu'à voir les photos.











Nous avons croisé par hasard une canadienne qui nous a pris (de plus près) en photo, car là j'avais 19 secondes pour courir à fond en attendant que la photo parte :)


Photo prise par la canadienne











Nous y sommes allé en train, moyen efficace pour Jurmala, mais moins pour le reste du pays, car il se traîne grave ! (moins vite qu'un RER B). Les trains sont hyper larges dedans, il faut monter 3 énormes marches pour monter dans le wagon, et bien sûr montrer son ticket à la controleuse (une par wagon ou pour deux wagons).



Nous avons visité Jurmala juste en une matinée, ce qui était largement suffisant. La prochaine fois on ira l'été !



lundi, septembre 22, 2008, 10:48 PM ( 32 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
Bonjour. Voici un petit bout de notre voyage en photo. C'est un peu long, alors je le fais (Marine ne fait rien) ville par ville. Commençons par Riga.


Le pont et la banque HansaBanka à Riga

D'ailleurs Riga s'écrit en Letton (oui oui c'est une langue) avec un accent plat sur le i, se prononçant avec un i prolongé.

A Riga on a opté pour l'hébergement Couch Surfing. Un anglais qui vit en Lettonie depuis 5 ans (études de médecine). Il vit un peu dans tous les pays d'Europe... et il recherche celui qui lui offre un meilleure 'Pension' (retraite). Il a trouvé : la Norvège, qu'il nous recommande. En plus la langue est soi-disant proche de l'anglais (ok le mec a appris le russe en quelques semaines paraît-il). Il était sympa, mais très rigoureux sur les horaires, et surtout assez exigeant : dehors à 8h15, et pas rentré avant 22h. Rappel : il fait froid dehors ! Il loge sur Brivibas Iela (iela = rue), un grand axe proche du centre : pratique.





En marchant sur Brivibas. En bas (2 photos) : l'ambassade de France en Lettonie, très bien placée, juste devant le monument de la liberté


Ambassade Lettone


Marine qui ferme les yeux (exprès ?)




Riga est traversé par un très grand parc, très agréable, qu'on aurait pu appelé Central Park si on était des gens absent de toute créativité. Mais ça n'arrive jamais. Il s'appelle Kronvalda Parks (j'espère que Kronvalda ne veut pas dire Central)



Le monument de la liberté. Il est parfois gardé par deux gardes un peu genre gardes des bijoux de la Reine (en moins ridicule). Et Marine.



L'opéra National de Riga.


Le marché de Riga, le plus grand marché d'Europe. On voit ici les grandes halles. A gauches c'est toute une partie découverte.


Le train qui quitte tout juste la gare, dans le centre.


La gare routière, juste à côté.

Quelques vues dans la ville de Riga. Il y a un vieux centre très joli, et interdit à la circulation ! En fait c'est juste payant (sauf riverains), mais c'est cher : 5 Lats (7 euros) par heure...


























La cathédrale de Riga, qui détient l'orgue le plus grand du pays. Nous y avons été écouté un concert par ailleurs. Nous sommes ensuite monté dans la plus grande église de la ville, avec un ascenceur douteux, mais qui marche bien :) ouf. C'est la Tour Eiffel locale. En haut on parle anglais et allemand (et français). Et on essaye de rester au chaud en voyant c'est images :


La Daugava avec en fond une antenne (je crois, pas sûr), et on aperçoit le marché devant.

Le pont du train.

Un unique bateau. Qui provient de l'unique port de plaisance plus au nord, que nous n'avons pas pu visiter (c'est pas visitable).

Le pont des voitures. A gauche la banque HansaBanka et à droite l'une des nombreuses églises de la ville.

La place principale de la ville, honnêtement énorme, derrière la cathédrale. D'ici on entend la musique qui vient d'un bar pas loin (qui a l'intelligence de mettre des baffles dehors pour attirer le monde). Il y a de la musique partout à Riga.


L'entrée payante du centre ville.




Sur l'une des nombreuses places de la ville. En bas se trouve l'office. On voit beaucoup ces bâtiments quand on parle de Riga (surtout la nuit et dans la neige). Malheureusement je ne sais pas ce que c'est.

D'autres prises de vues dans Riga (les journées sont longues quand on 'couch' avec ce type). Ceci dit ces photos couvrent deux journées :)


























En se perdant vers le nord de la ville.




Prises de vues la nuit, après notre concert d'orgue.


Merci à tous d'avoir lu. Prochainement Jurmala.
Mickaël et Marine.


mardi, septembre 16, 2008, 04:55 PM ( 25 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
Un petit moment dans le cybercafe pour donner quelques news de la Lettonie.
D'abord, a part les francais on ne dit pas Lettonie, mais Latvia (anglais) ou encore Latvija (letton). De toutes facons quand on est sur place ca sert a rien de savoir dire ce mot, il y en a d'autres bien plus utiles... Mais avant voyons les points les plus importants a decouvrir dans un pays (cliquer sur lire la suite).

La meteo
Il fait froid!! En fait pas tant que ca (disons 10 degres toutes la journee) mais des que le soleil se couche il doit faire 5 a tout casser mais surtout le vent glace qui fouette le visage donne l'impression qu' il fait 0... Ca reste toutefois supportable et avec Marine on est bien equipe! (bonnet, echarpe, gants, pulls, gros manteau). Par contre dans les habitations communes et dans les hotels, pas de chauffage (donc 14 dans la chambre). On a demande, mais le chauffage c' est pour Octobre !

La langue
Le letton est une langue, qui est differente du russe et des autres langues. Mais elle se rapproche du lituanien parait il. Pire : il existe une autre langue local, dans le sud-est du pays, elle tres proche du letton. Mais le russe est tres present, surtout dans les villes. Riga c' est 60% de russes et 40% de lettons (et 0,01% de francais - j' invente). Grace a notre guide, on sort quelques mots, mais ca ne marche jamais... On dit surtout Do you speak english, ce qui marche moins bien a Ventspils qu' a Riga.

Le logement
On a opte pour le Couch Surfing (www.couchsurfing.com) pour pouvoir rencontrer des lettons. A Riga c' etait un anglais... On retente le coup a Leipaja (prochaine etape), mais a Ventspils, apres des auberges de jeunesse un peu limite (taudis avec la reception qui nous dit "No rooms", quand on la trouve) on opte pour l' hotel. Sympa mais le WiFi annonce est quasi inexistant et bien entendu il fait froid (mais la au moins on a des couvertures).

La bouffe
C' est gras et c' est pas tres bon... mais globalement c' est mangeable ce qui est deja pas mal. On n' a pas encore eu de bonnes surprise mais on cherche encore. En fait notre premier repas a Riga etait excellent. C' etait un steak house assez classe et on a bien mange, mais pour un prix proche de Paris, ce qui est tres cher ici. On mange pour 3 fois moins qu' en France sinon.

Les unites
Pour payer, c' est des Latz. Il faut 0,70 latz pour faire un euro... Les prix sont plus bas qu' en France, mais ca reste tout a fait comparable. Le reste c' est du connu : des kilometres, des kilogrammes. C' est un detail mais c' est sympa quand on voit depuis la fenetre du bus Ventspils 180 km (ou pas).

Les villes
Nous avons fait Rīga et Ventspils. Riga le WE c' est mort. Y' a personne dans les rues. En partant le lundi y' avait du monde (les travailleurs) mais ca reste TRES calme. Pas beaucoup de bruit. Ce qui reste tres agreable, mais qui donne franchement l' illusion d' une ville fantome des la nuit tombee, meme pour la capitale.
Jūrmala, c' est la station balneaire baltique... a condition de venir en juillet ou en aout. Sinon c' est une ville fantome, avec toutefois un interet non negligeable : une plage fantome.
Ventspils, c' est la seconde ville de Lettonie. C' est un village treees calme. La nuit tombee on s' attend meme a croiser des fantomes. Par contre c' est tres joli, et avec Marine on en a deduit que les lettons avaient beaucoup de gout. Pas de trucs kitch, belle architecture, et dallage des rues en rouge, jaune, bleu et gris tres tendance. Le tout propre, bien entretenu, a condition de ne pas s' aventurer dans les arrieres cours (comme pour aller dans une auberge de jeunesse ou encore louer des velos). Justement...

Louer des velos
Une porte dans une cour avec un numero de telephone. C' est ca le tourisme a Venstpils. On se decourage pas, on appelle (on achete une carte telephonique). Elle parle mal anglais mais on arrive a se faire comprendre. On retourne une demi heure plus tard au "local", elle arrive (en fait c' est pas une boutique permanente) et on choisi les deux velos les moins pourris des 10 en choix. Pour seulement 12 euros on a (le reste de) la journee. On s' aventure dans le sud de la ville, on fait du velo sur la plage (sable dur), dans la ville, dans la foret. C' est super beau. Il y a du bon air pur et la baltique est belle... Super bien !

Le clavier
Un qwerty bien sur, parfois avec du russe (et quatre caracters par touche, mais je n' arrive pas a utiliser le quatrieme). Pas d' accent a part le ā ē ī ū... quand on fait ' + u = ū. Desole pour les accents et pour les fautes.

Pas de photos cette fois car pas de lecteur de carte, mais la prochaine fois. Si vous avez des questions ou que vous voulez qu'on parle d' autre chose, laissez des commentaires ! (a venir : la TV, les voitures...)

Mickael et Marine.

jeudi, mai 22, 2008, 01:33 PM ( 24 lectures ) - Cinéma - Posté par Mickaël
- Cinéma, Spectacle, Art

Et oui, déjà vu, le jour de sa sortie ! Si ça c'est pas du fanatisme. Ou bien simplement de la manipulation à voir les trois premiers épisodes passer à la télé depuis un mois, et Canned ne parler presque que de ça... sans parler des affiches partout dans paris, y compris sur les bus que je suis en vélo le nez collé sur l'affiche "Le 21 mai".

En tout cas après avoir vu et revu les trois premiers épisodes, il fallait que je sois dans la salle avec les fans (au chapeau) du premier jour.

Mon sentiment est double. Content et déçu. Content car Spielberg a réussi à faire revivre le héros archéologue aventurier. Mais déçu, car cette résurection se fait au prix d'une réponse à une grande attente, ce qui a tendance à diriger le film, avant l'aventure, le scénario, et tout ce qui devrait être l'essence même d'un film.

Si toutefois Spielberg a réussi à faire revivre "Indy" (renommé ici et là "Jonesy"), ce n'est pas sans erreurs à mes yeux fatales. Premièrement Indiana Jones ne mène pas sa quête seul, ou à deux comme il avait l'habitude auparavant, et ce qui lui donnait un charme et un courage sans mesure. Ici il est accompagné de sa famille (compagne et rejeton), d'un "agent triple", et de son ami fou qui ne parle qu'en enigmes Oxley. Voyage bien encombrant donc. On tombe alors dans le dramatique "syndrome des suites", à la Shrek, Matrix ou Harry Potter. On a peur que les personnages connus ne suffisent plus, alors on n'en invente d'autres, masi évidemment il ne sont pas creusés. Et Indy n'échappe pas à cet écueil. Qu'est-ce qu'un aventurier de 60 ans, après trois aventures grandioses ? Comment a-t-il évolué ? Qu'envisage-t-il dans le futur ? Tant de questions auxquelles cet épisode ne répond pas, alors qu'il introduit son ex, son fils, un vieil ami inconnu, une méchante caricaturée...

Deuxièmement, la quête qu'il mène ici n'est pas une quête qui a un intérêt grandissant pour Indy, mais plutôt pour son vieux compagnon Oxley, dont on ne sait presque rien, et dont d'ailleurs on n'apprend rien car fou. Rien à voir avec ce bon vieux Marcus ou autre directeur de l'Université qu'on connaît bien.

Troisièmement, les effets spéciaux. Ils rendent grandiosent une scène que le scénario n'a pas su annoncer (la scène finale). A quoi bon faire virevolter le Pérou si le spectateur n'a pas attaché un véritable sens à la quête du professeur Jones. D'ailleurs en quoi cette quête est-elle doublée d'une quête personnelle, pourtant si évidente de reconnaître et connaître son fils... ? Spielberg a tendance à oublier le sens primaire du cinéma en lui donnant une forme fantastique - certes réussie.

Dommage donc que le film, à voir toutefois, sans pour autant se précipiter, tombe dans ces erreurs si classiques du cinéma hollywoodien. Quand est-ce que réalisateurs et producteurs attacheront plus d'importance au fond qu'à la forme "spectacle" du cinéma.

Quelques scènes et répliques restent savoureuses (bien qu'elles auraient été vraiment mieux avec un meilleur scénar) comme par exemple la scène des "méchantes fourmis" ou du passage des chutes. D'autres, loufoques, n'ont pas tellement leur place (Junior qui se la joue à la Tarzan dans les lianes), tout comme ce tant attendu fils d'Indiana Jones, qui s'en sort pas si mal (ouf), mais dont le rôle est à remettre en question (en fait c'est le gars qui accompagne Indy dans l'aventure, en posant plein de questions un peu stupides).



<<Premier <Précédent | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | Suivant> Dernier>>