Mickaël Arcos

mardi, août 6, 2013, 06:11 PM ( 350 lectures ) - Sport - Posté par Mickaël
Le 28 juillet dernier se déroulait le 5150 de Marseille, organisé par Ironman. 5150 fait référence à la distance : 51.50 soit 1.5 (natation) + 40 (vélo) + 10 (course à pied). Soit une distance M, anciennement appelée Courte Distance ou encore Olympique puisqu'elle est courue aux JO. Enfin bref, ma distance préférée.

Rien à dire sur l'organisation, tout était bien foutue, du site web à l'organisation sur place. Vraiment cool. Marseille n'avait pas reçu de triathlon depuis longtemps, mais franchement là rien à dire. J'ai déposé le vélo la veille mais pas le reste des affaires, reléguées au lendemain matin.

Parlons-en d'ailleurs. Levé à 5h du mat. Chaleur déjà étouffante, caniculaire ! environ 30 degrés... en pleine nuit ! En sortant de l'hôtel un autre gars part. A cette heure-là, c'est sûrement pour le triathlon ! Je lui demande et je me fais emmener. Il est photographe officiel de l'évènement. J'évite l'avenue du Prado à pied, cool. Je suis bien à l'heure. Les quelques âmes en mouvement à cette heure-là du matin traversent la nuit marseillaise en direction du triathlon.

Sur place, une bonne animation par un animateur au micro. Ca entraîne bien ! On peut goûter l'eau (chaude !) et se mettre en place. Le vent déjà fort qui balaye le sable et fouette déjà les chevilles n'inaugure rien de bon.

Départ natation ! En 4 vagues : Les pro, les meufs, les jeunes puis les vieux. Je suis dans les jeunes. En voyant partir les autres, on remarque que le vent balaye les embruns assez fort. A nous ! Bon comme d'hab : y'a des petites vague, du vent, on voit mal les bouées, l'eau est (très) salée. Rien d'anormal donc. Je fais une bonne course de 30 minutes, ce que je fais en piscine. Je suis content. J'arrive à nager sans interruption, avec peu de problème d'orientation (un peu quand même, on voit jamais assez bien les bouées, et le soleil levant n'aide pas. Contre jour !).

En revenant au vélo, près d'attaque pour la montée, je constate que ma roue arrière est crevée. Erreur de débutant, j'ai emprunté une pompe à pied d'un autre triathlète et j'ai trop gonflé ! Le soleil levant a fait son affaire et a fait éclater mon pneu. Dégouté ! Je perds du moral mais pas du courage. Je change la roue. Je pars enfin, vent fort... de face ! Montée de 20 km jusqu'au col des Ginestes ! Je connaissais pas. Mais maintenant je connais bien. Bonne ambiance sur la course, on se parle un peu. Faut dire qu'en forte montée avec vent de face, on a le temps ! Les cigales nous accueillent en haut. On descend vite du coup, après un petit détour dans la zone militaire, qui monte encore bien sûr. Je fait le tout en 1h37 (avec changement de chambre à air).

J'attaque la course à pied. Il fait vraiment chaud mais avec le vent on s'en rend pas compte. Je bois. Ca commence assez mal, la fin du vélo m'a achevé les jambes. Mes cuisses trinquent un peu. Mais comme à la Seyne l'an dernier, le premier ravitaillement est salutaire. Je reprends des forces. Je cours de mieux en mieux et j'arrive à une bonne cadence. Je double des coureurs (ce qui m'arrive jamais). A force de boire sur le parcours depuis le début du triathlon je dois faire une pause toilette (je suis pas le seul mais ça fait chier quand même, il faut que je boive moins la prochaine fois !). La fin de la course est quand même dure. Le soleil est bien levé là. Il doit faire 38 ! (j'en sais rien en fait). Je termine un peu en piteux état, mais content d'avoir fini ! J'ai cru abandonner plusieurs fois, mais c'est passé.

Y'a de la bouffe et à boire. Rien que pour ça ça valait le coup :) Plein de trucs pas bon (genre des cookies) que je me suis interdit ces dernières semaines. Pour récupérer le vélo, il faut attendre... seul point noir de l'orga. Pourquoi attendre ? Personne ne sait. Pour sortir du parc, une queue se forme vite, et moi qui doit rendre la chambre d'hôtel ! Heureusement l'hôtel a été cool avec moi. Je repars avec ma médaille et mon T-shirt bleu de finisher.

J'ai trouvé ça plus difficile qu'attendu, mais j'aimerais le refaire l'an prochain quand même. On verra !

Mes temps :

Natation : 00:29:56
Transition 1 : 00:03:20
Vélo : 01:37:28
Transition 2 : 00:02:51
Course à pied : 00:55:10

Total : 03:08:45

dimanche, juin 3, 2012, 04:11 PM ( 244 lectures )  - Posté par Mickaël
Wecab est le service de partage de taxi du groupe G7. Il permet de partager une course avec d'autres "taxinautes". A quoi ça sert ? A payer moins cher ! Et à réduire le nombre de taxis (vision je protège l'environnement et je limite le nombre de taxis en ville).

Comment ça marche ?
Tout se passe sur Internet via le site de G7. Vous indiquez votre adresse de départ et d'arrivée et l'heure d'arrivée. Le système calcule lui-même le temps de la course et propose un créneau horaire dans lequel le taxi passera. Mon créneau était de 45 minutes.

Ensuite on est prévenu par Sms de l'heure précise où arrive le taxi. J'ai seulement été prévenu une demi-heure avant ! J'ai dû me grouiller mais le taxi était effectivement à l'heure. Comme il a eu du mal à trouver ma résidence, il m'a même appelé.

Il y avait déjà un couple dans le taxi, et je me suis installé à l'avant. Je suppose qu'ils habitaient aussi à Paris mais ce qui est sûr c'est qu'ils allaient comme moi à l'aéroport, dans un terminal différent. La course s'est déroulée comme un charme.

J'ai payé la course par Internet en avance, 28 euros contre "55€" que j'aurais payé sinon d'après le chauffeur.

À refaire ?
Si vous aimez le confort du service du taxi conventionnel, ce service n'est pas pour vous car 1. Vous n'avez jamais de contact humain, ce qui n'est pas rassurant pour une course importante 2. Vous ne connaissez pas l'heure précise du taxi et 3. Potentiellement vous le partagez avec d'autres.

Moi qui ne suis pas un taxiphile, je fus enchanté du service. Je ne prend le taxi uniquement lorsque les transports en commun ne peuvent m'y emmener (par exemple la nuit) et partager un taxi avec d'autres qui font le même trajet relève de l'intelligence sociale (et environnementale). Les outils de covoiturage ne sont pas très nombreux, et Wecab pose allègrement une pierre à l'édifice.

lundi, mai 7, 2012, 01:51 PM ( 118 lectures ) - Sport - Posté par Mickaël
Voilà un mois que je m'entraîne pour le triathlon de Paris du 8 juillet 2012. Le triathlon de Paris est un grand évènement annuel qui présente la particularité de proposer la partie nage dans la Seine ! (la photo date du triathlon 2011, tirée du site officiel www.triathlondeparis.fr).

Le triathlon, c'est 1. nager 2. faire du vélo et 3. courir. Les distances sont très variables selon les compétitions, et deux versions semblent aujourd'hui s'imposer : la version dite olympique, car celle des JO : 1.5km de nage, 40km de vélo et 10km de course à pied ; et le Ironman (marque déposée) : 3.8 km de natation, 180 km de cyclisme puis un marathon (42,195 km) en course à pied. Bref, un triathlon de bourrin.

Évidemment il existe de nombreuses distances intermédiaire, et plus courtes pour la découverte notamment. Le triathlon de Paris auquel je participe est aux distances olympiques.

Je base mon entraînement sur un bon bouquin que j'ai déjà utilisé, qui s'appelle "The 12-week Triathlete" (anglais uniquement).

Etendu sur trois mois, l'entraînement se découpe en 4 phases :
- Base
- Build : amélioration de la force physique
- Peak : top effort
- Taper : relâchement

Ainsi, le jour J correspond au jour de l'entraînement où on est au top niveau de sa forme. Ca tombe bien !

Que dire de ce premier mois ! J'ai choisi un entraînement plus intense, car je l'ai déjà fait une fois, que ça m'a beaucoup plu, et que je veux faire mieux. Ainsi, je vais deux fois à la piscine par semaine, je cours trois ou quatre fois, et je fais du vélo trois ou quatre fois également. Parfois j'enchaîne deux des trois sports. Pour des raisons pratiques, je pratique le matin, avant d'aller au boulot. Avec les étirements, j'en ai facilement pour 2h, donc je me lève de bonne heure !

L'avantage de la pratique du matin, c'est qu'on est vraiment en bonnes conditions de travail pour le reste de la journée ; par contre, à 22h au dodo ! De plus, les lieux d'entraînements sont peu occupés, ce qui rend la pratique plus agréable. Je trouve aussi que physiquement, je suis en bien meilleures conditions pour faire du sport le matin que le soir ou le midi. Et enfin, la course du 8 c'est le matin, donc c'est un entraînement d'autant plus réaliste !

T'as pas peur de nager dans la Seine, c'est méga pollué !
Non, pas du tout, c'est même très excitant. L'eau est froid donc une combinaison est de rigueur. Quant à la pollution, oui la Seine est encore polluée, même si elle l'est moins qu'il y a 20 ans ou 50 ans. Cependant j'ignore les risques pour l'humain qui s'y baigne. Je vais me renseigner pour sûr (et je vous dirai). L'info n'est pas si facile à obtenir.

C'est super dur ! Ca dure combien de temps ?
La course dure environ 2h30 ou 3h. C'est assez exigeant en terme d'effort, en particulier l'endurance, c'est pourquoi un entraînement me paraît indispensable. Un entraînement sérieux est même nécessaire pour éviter de se blesser (surentraînement ou sous-entraînement).

Tu t'entraînes comment pour la nage ?
Je m'entraîne en piscine, conditions bien éloignées des conditions de la course ! J'aimerais si j'ai l'occasion m'entraîner en eaux vives, avec la combinaison, pour être au plus proche de l'évènement. Pour la course et le vélo, je longe le canal de l'Ourcq, ce qui offre des conditions excellentes.

D'autres questions ?


dimanche, novembre 6, 2011, 02:26 PM ( 116 lectures ) - New technos - Posté par Mickaël
Un ancien PC, pas trop vieux non plus, a échapé au recyclage traditionnel (don à un organisme qui les reconditionne, en l'occurence celui-ci à Antony) dans le but d'être placé dans une école maternelle de Savigny sur Orge, par mes soins.

Pour des raisons de maintenance et de license, j'ai choisi d'installer une version d'Ubuntu récente, système d'exploitation libre et gratuit. J'y ai installé quelques jeux, qui hélas demandaient beaucoup en performances graphiques pour la plupart, jusqu'à tomber sur le logiciel ludo-éducatif GCompris, créé par le français Bruno Coudoin.

A travers des mini-jeux ludiques et pédagogiques, les élèves (de 2 à 10 ans d'après le concepteurs) utilisent le clavier, leur souris et leur jugeotte pour résoudre des énigmes ou des questions. Allant du simple déplacement de la souris, à de la mémorisation ou du comptage, une large gamme de jeux est effectivement rapidement accessible. Il est possible de profiler l'application pour la rendre facilement accessible à plusieurs classes, les jeux étant plus ou moins faciles.

A l'installation de l'ordinateur dans la classe, j'ai pu observer beaucoup de curiosité et d'attirance vers un nouveau jeu et un nouveau média (pas si nouveau pour certains !), et tester leurs connaissances informatiques pour vérifier que les jeux étaient bien adaptés. Les tous premiers jeux de déplacement de souris sont parfaits pour ceux qui approchent l'ordinateur pour la première fois, alors que les jeux de puzzle (glisser-déposer des pièces) est plus adapté à ceux qui savent déjà bien manipuler la souris.

Deux observations majeures : ils apprennent vite ! Il leur suffit d'une seule fois avec le jeu du déplacement de la souris pour presque maîtriser l'outil... assez bluffant. Et ils s'auto-enseignent (avec un peu d'encadrement). Les élèves intermédiaires, qui restent à côté (c'est là que l'encadrement est nécessaire) expliquent aux nouveaux, et finissent par jouer à plusieurs. Il faut évidemment plus de temps pour bien me rendre compte de l'impact de l'ordinateur dans la classe.

Pour rendre la chose encore plus simple pour tous, j'ai placé l'application GCompris en démarrage de l'ordinateur. Il suffit de le brancher le matin et d'attendre deux minutes pour que le jeu se lance. Il n'y a que ce jeu d'installé pour le moment, sur un seul poste et sans Internet. Par ailleurs la suite GCompris est ouverte aux développeurs, puisque son concepteur l'a ouvert sous la license GNU et offre les pistes nécessaires pour tout informaticien.

légende photo : moi avec quelques élèves "cobayes" le jour de l'installation.

Voir une vidéo : http://gcompris.net/GCompris-vu-a-la-tele
Pour les développeurs : http://gcompris.net/-Developpeurs-

<Précédent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant> Dernier>>