Mickaël Arcos

mardi, juillet 14, 2009, 03:12 PM ( 22 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
Je renfourche mon vélo à 7h45 après un copieux petit déjeuner de confitures maison pour atteindre Saintes avant tout le monde. Il aura fallu peu de temps pour que l'artère principale déserte à mon arrivée se remplisse de millier de riverains pour le défilé du 14 juillet. Je prends le temps de découvrir la ville nue avant de m'installer à la seule table disponible d'un café bien placé. C'est aussi celui qu'a choisi la Fanfare de la Marine !

Quelle émotion de voir passer les différents corps de l'armée (j'ai surtout vu des pompiers). Non non je rigole pas. Ceux qui défilent et ceux qui regardent sont fiers ! Moi j'écoute surtout la fanfare à moins d'un mètre de moi. Ma place bien placée s'est transformée place sans visibilité petit à petit. Je ne vois que ce qu'il y a au-dessus de deux mètres. Ma septuagénère de voisine ne peut s'empêcher de me glisser "Ils sont forts ces gaillards, et ils sont bien utiles".

Décollage de Saintes en début d'après-midi en Corail Intercités puis Corail Teoz pour Toulouse en passant par Bordeaux. Les trains sont pleins, ça sent les vacances dans le sud. Je partage mon trajet avec un jeune qui connaît bien la France et m'indique l'existence d'une péniche chambre d'hôtes sur le canal du midi. Hum à retenir.

Arrivée à Toulouse. Je dois arriver chez Vincent et Fanny après leur dîner afin de se rendre en ville. Il se trouve que la conserve du confit indiquait 6 pates au canard, qui en fin de compte en avait sept ! En un coup de fil, alors que je bullait mon coca sur la place du capitole, me voilà à déguster un confit de canard avec petits légumes. Merci !

14 juillet oblige, on va tous voir le feu. Il est tiré de Jean Jaurès, exceptionnellement, pour fêter justement l'anniversaire de sa mort (j'en suis pas sûr, je compte sur vous pour corriger / détailler). Le tout est précédé d'un concert de Bernard Lavillier (votez PS). C'était très sympa, le concert comme le feu. Bon demain, canal du midi !

lundi, juillet 13, 2009, 10:10 AM ( 26 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
Photo de Boyardville, d'en haut. Le bout de la jetée est très reposant.

Départ à la fraîche lundi matin : 6h30, pour éviter de pédaler au soleil qui n'arrivera jamais. Du coup je n'ai pas arrêté de pédaler. Je consulte mon GPS pour avoir le détail de mon parcours :

Distance : 137 km
Temps déplacement : 6h
Vitesse moyenne : 22,9 km/h (le compte est bon).

Mon parcours est simple, mais long : départ de Rochefort vers l'île d'Oléron, tour de l'île par le nord, et trajet Oléron Sainte par la nationale. Il se trouve que j'étais trop fatigué pour atteindre la ville de Saintes, et je n'ai pu achever les 10 km restants vers la ville, qui pouvaient alors paraître dérisoire. Mais bon je décide de faire halte dans une maison d'hôtes qui tombe à pic.

Le tour d'Oléron m'a fait traverser les villes du Château d'Oléron, de Boyardville, de La Brée-les-Bains et de la Pointe de Chassiron où se trouve le phare de Chassiron (l'équivalent du phare des Baleines de l'île de Ré, n'en déplaise aux fans de phares) pour ce qui est de l'allée. Retour par Domino (ne loupez pas le cirque), La Cotinière, Le Biroire et Grand-Village plage et le port des Salinières (je crois). Je précise le Biroire car Yoann, qui m'a gentiment amené mon vélo, m'a gentiment reçu pour y déguster un délicieux Colombo fait par ses parents. Je vous recommande les parents de Yoann, je peux vous donner leur adresse au Biroire si vous voulez.

Je quitte l'île par son interminable pont pour plein est vers Saintes que je n'atteindrai jamais donc. Enfin... demain. Plus que 10 km !

La maison d'hôte est super. Pas tout à fait finie, beaucoup de travaux sur le feu, mais j'ai quand même pu me baigner dans la piscine, voir la meute de chiens (huit chiens, pour la chasse), le renard capturé, la chèvre, le mouton ; et déguster les tomates du jardins, la salade du jardin, les échalotes du jardin, les oeufs de cailles des cailles du voisin, la ciboulette du jardin, les courgettes du jardin, et les abricots du jardin. Je me suis régalé. Finalement c'était autant une journée gastronomique que sportive – en passant outre mes Prince de Lu régénereceurs d'énergie (ça marche pas), et les pralines de La Rochelle les Francofolies anti-hypoglycémie (çà marche).

Demain levé 6h50 bien sûr (vacances de m...), je me couche. Je compte sur la confiture maison, et brioche du boulanger-copain du coin. (mes hôtes connaissent tout le monde ici, ont deux maisons avec grand terrain + un autre terrain en contrebas qu'il n'est pas nécessaire d'arroser puisque sur la rive de l'Arnoult... hallucinant).

A bientôt. Désolé j'ai pas Internet souvent, je dois poster par à-coups dès que je trouve du wifi. Mais le réseau sans fil est plus rare qu'un troupeau de vaches ici...

Mickaël.

dimanche, juillet 12, 2009, 10:09 AM ( 24 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
La cordelière royale à Rochefort, où étaient fabriquée les cordages marins. Le long de la Charente.

Comme je le disais hier, Chatelaillon est très près de La Rochelle. En train c'est à peine 10 minutes. On choppe le prochain train, dans 3 heures dimanche oblige, et on profite de la grisaille pour quitter la plage pour la ville. En plus c'est les Francofolies, et La Rochelle grouille d'activités en plein air certes humide.

A Chatelaillon, tout le monde a une voiture. Indice frappant, l'office du tourisme nous croyait perdus quand on lui a demandé comment on allait à La Rochelle, sous-entendu quels sont les moyens de transport. Mais mauvaise langue à part, c'est bien desservi : train et bus (pas après 21h30 cela-dit, pas pratique pour les Francofolies mais bon...).

La Rochelle sous le crachin, le vélo à la main, la vieille ville, les arcades, le monde – il fait faim, une moule-frites ! - et des hotspots wifi pour trouver de quoi dormir ce soir en couch-surfing à Rochefort. Point stratégique pour rejoindre l'île d'Oléron en vélo, première vraie étape de mon tour de France à l'envers (et à l'arrache) (quoique...).

Mon hôtesse supposée est en Inde, mais sa famille m'accueille quand même. Le couch-surfing n'a pas de frontières. J'arrive chez une écolo version "à quoi sert l'électricité". J'exagère bien sûr (mais j'ai pas trouvé la prise dans la salle de bain). Compost, tri, respect de l'environnement et partage sont les mots qui ressortent de cet endroit. Un ensemble de trois maisons où vivent en communauté trois familles. Une colloc version adulte en somme. Je n'étais pas le seul couch-surfer, ni woofer. Il y a du monde ici, c'est chaleureux. Je dors dans "la bibliothèque", dont les livres appartiennent à l'association dont la secrétaire n'est autre que mon hôtesse. L'association est Les Routes du S.E.L. (Service d'Echange Local).

Avant de me coucher, petit cyclo tour dans Rochefort. Pique—nique le long de la Charente et promenade autour de la Cordelière Royale (là où se faisaient des cordes pour la marine) et du chantier de l'Hermione, vieux gréément en construction.

samedi, juillet 11, 2009, 05:17 PM ( 28 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël

Après une arrivée vendredi soir en deux temps (Paris-Poitiers / Poitiers-La Rochelle), je saute dans un TER pour Chatelaillon. Note : j'échappe au transport de mon vélo (quasi impossible à grande vitesse) grâce à Yoann qui me l'a amené dans l'après-midi. Merci Yoann. Comme quoi à quatre dans une Twingo avec trois vélos derrières, ça tient :)

Sinon que dire à part que C'EST LES VACANCES ! Farniente sur la plage, jeu de raquette, observation de la marée qui monte et qui descend (cette activité prend du temps), glaces en cornet, moules frites, resto italien, vin de base et bain de vase. Et surtout l'air de l'océan, l'iode à plein nez et le bruit de la mer.

Peu de sport et beaucoup de paresse. J'aime.

Pour notre géographie, Chatelaillon-Plage (nom court "Chatelaillon", nom très court "Chatel") est à une dizaine de kilomètres au sud de La Rochelle, dans le 17 – Charente-Maritime (à prononcer le un-sept pour les racailles en vacances). Sa particularité est d'y trouver une très grande plage (3 km) qui fait défaut à La Rochelle. Chatel attire donc les touristes le temps d'un week-end ou de la semaine. D'ailleurs les activités typiques sont au rendez-vous : le cirque avec sa voiture-pub-haut-parleur(-qui-fait-du-bruit) tournant dans la ville, la kermesse du dimanche, le marché ouvert 6 jours sur 7, les nombreux petits hôtels et restaurants / glaciers / crêpes / cocktails, sur la plage ou presque. Sans oublier l'éternelle promenade pietonne, très bien aménagée, le long de la plage de sable fin.

Il fait beau, la chance.

<<Premier <Précédent | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | Suivant> Dernier>>