Mickaël Arcos

lundi, mai 7, 2012, 01:51 PM ( 116 lectures ) - Sport - Posté par Mickaël
Voilà un mois que je m'entraîne pour le triathlon de Paris du 8 juillet 2012. Le triathlon de Paris est un grand évènement annuel qui présente la particularité de proposer la partie nage dans la Seine ! (la photo date du triathlon 2011, tirée du site officiel www.triathlondeparis.fr).

Le triathlon, c'est 1. nager 2. faire du vélo et 3. courir. Les distances sont très variables selon les compétitions, et deux versions semblent aujourd'hui s'imposer : la version dite olympique, car celle des JO : 1.5km de nage, 40km de vélo et 10km de course à pied ; et le Ironman (marque déposée) : 3.8 km de natation, 180 km de cyclisme puis un marathon (42,195 km) en course à pied. Bref, un triathlon de bourrin.

Évidemment il existe de nombreuses distances intermédiaire, et plus courtes pour la découverte notamment. Le triathlon de Paris auquel je participe est aux distances olympiques.

Je base mon entraînement sur un bon bouquin que j'ai déjà utilisé, qui s'appelle "The 12-week Triathlete" (anglais uniquement).

Etendu sur trois mois, l'entraînement se découpe en 4 phases :
- Base
- Build : amélioration de la force physique
- Peak : top effort
- Taper : relâchement

Ainsi, le jour J correspond au jour de l'entraînement où on est au top niveau de sa forme. Ca tombe bien !

Que dire de ce premier mois ! J'ai choisi un entraînement plus intense, car je l'ai déjà fait une fois, que ça m'a beaucoup plu, et que je veux faire mieux. Ainsi, je vais deux fois à la piscine par semaine, je cours trois ou quatre fois, et je fais du vélo trois ou quatre fois également. Parfois j'enchaîne deux des trois sports. Pour des raisons pratiques, je pratique le matin, avant d'aller au boulot. Avec les étirements, j'en ai facilement pour 2h, donc je me lève de bonne heure !

L'avantage de la pratique du matin, c'est qu'on est vraiment en bonnes conditions de travail pour le reste de la journée ; par contre, à 22h au dodo ! De plus, les lieux d'entraînements sont peu occupés, ce qui rend la pratique plus agréable. Je trouve aussi que physiquement, je suis en bien meilleures conditions pour faire du sport le matin que le soir ou le midi. Et enfin, la course du 8 c'est le matin, donc c'est un entraînement d'autant plus réaliste !

T'as pas peur de nager dans la Seine, c'est méga pollué !
Non, pas du tout, c'est même très excitant. L'eau est froid donc une combinaison est de rigueur. Quant à la pollution, oui la Seine est encore polluée, même si elle l'est moins qu'il y a 20 ans ou 50 ans. Cependant j'ignore les risques pour l'humain qui s'y baigne. Je vais me renseigner pour sûr (et je vous dirai). L'info n'est pas si facile à obtenir.

C'est super dur ! Ca dure combien de temps ?
La course dure environ 2h30 ou 3h. C'est assez exigeant en terme d'effort, en particulier l'endurance, c'est pourquoi un entraînement me paraît indispensable. Un entraînement sérieux est même nécessaire pour éviter de se blesser (surentraînement ou sous-entraînement).

Tu t'entraînes comment pour la nage ?
Je m'entraîne en piscine, conditions bien éloignées des conditions de la course ! J'aimerais si j'ai l'occasion m'entraîner en eaux vives, avec la combinaison, pour être au plus proche de l'évènement. Pour la course et le vélo, je longe le canal de l'Ourcq, ce qui offre des conditions excellentes.

D'autres questions ?


dimanche, novembre 6, 2011, 02:26 PM ( 113 lectures ) - New technos - Posté par Mickaël
Un ancien PC, pas trop vieux non plus, a échapé au recyclage traditionnel (don à un organisme qui les reconditionne, en l'occurence celui-ci à Antony) dans le but d'être placé dans une école maternelle de Savigny sur Orge, par mes soins.

Pour des raisons de maintenance et de license, j'ai choisi d'installer une version d'Ubuntu récente, système d'exploitation libre et gratuit. J'y ai installé quelques jeux, qui hélas demandaient beaucoup en performances graphiques pour la plupart, jusqu'à tomber sur le logiciel ludo-éducatif GCompris, créé par le français Bruno Coudoin.

A travers des mini-jeux ludiques et pédagogiques, les élèves (de 2 à 10 ans d'après le concepteurs) utilisent le clavier, leur souris et leur jugeotte pour résoudre des énigmes ou des questions. Allant du simple déplacement de la souris, à de la mémorisation ou du comptage, une large gamme de jeux est effectivement rapidement accessible. Il est possible de profiler l'application pour la rendre facilement accessible à plusieurs classes, les jeux étant plus ou moins faciles.

A l'installation de l'ordinateur dans la classe, j'ai pu observer beaucoup de curiosité et d'attirance vers un nouveau jeu et un nouveau média (pas si nouveau pour certains !), et tester leurs connaissances informatiques pour vérifier que les jeux étaient bien adaptés. Les tous premiers jeux de déplacement de souris sont parfaits pour ceux qui approchent l'ordinateur pour la première fois, alors que les jeux de puzzle (glisser-déposer des pièces) est plus adapté à ceux qui savent déjà bien manipuler la souris.

Deux observations majeures : ils apprennent vite ! Il leur suffit d'une seule fois avec le jeu du déplacement de la souris pour presque maîtriser l'outil... assez bluffant. Et ils s'auto-enseignent (avec un peu d'encadrement). Les élèves intermédiaires, qui restent à côté (c'est là que l'encadrement est nécessaire) expliquent aux nouveaux, et finissent par jouer à plusieurs. Il faut évidemment plus de temps pour bien me rendre compte de l'impact de l'ordinateur dans la classe.

Pour rendre la chose encore plus simple pour tous, j'ai placé l'application GCompris en démarrage de l'ordinateur. Il suffit de le brancher le matin et d'attendre deux minutes pour que le jeu se lance. Il n'y a que ce jeu d'installé pour le moment, sur un seul poste et sans Internet. Par ailleurs la suite GCompris est ouverte aux développeurs, puisque son concepteur l'a ouvert sous la license GNU et offre les pistes nécessaires pour tout informaticien.

légende photo : moi avec quelques élèves "cobayes" le jour de l'installation.

Voir une vidéo : http://gcompris.net/GCompris-vu-a-la-tele
Pour les développeurs : http://gcompris.net/-Developpeurs-

samedi, octobre 22, 2011, 08:46 PM ( 110 lectures ) - Boulot - Posté par Mickaël
J'ai découvert le concept d'entrevue informationnelle lorsque j'étais au Canada (informational interview, en anglais). C'était assez pratiqué là-bas, et très connu, alors qu'en France peu de gens en entendent parler, à tort.

C'est hyper simple. L'idée est de rencontrer une personne digne de votre intérêt, en général sur le plan professionnel, et de tirer profit d'un échange informel. Il n'y a pas vraiment d'attente précise. Ce n'est pas un entretien d'embauche, ni une bonne bouffe avec un pote, ni une prospection commerciale.

En fait, tout est dans le nom, c'est pour avoir de l'information. Il y a une relation un peu mentor / mentoré, le temps très court de l'entretien.

Voici les quelques points communs que j'ai rencontré à faire ces entrevues en France :
- La personne accèpte quasiment toujours, en particulier lorsque vous avez un contact en commun. Corrolaire, avant de partir, dégotez deux ou trois nouveaux noms pour pouvoir continuer avec d'autres ("j'ai rencontré untel que vous connaissez aussi, c'est génial hein ? J'aimerais vous rencontrer aussi").
- Même s'il n'y a aucune convention, je me suis toujours fait inviter. Sympa.
- Ce n'est pas un entretien pro, et d'ailleurs en général le gus ne peux rien faire pour moi, mais avoir un CV à jour sous la main, ça fait pas de mal.
- Je prends toujours des notes. Sinon impossible de me rappeler de tout après quelques entrevues.
- Ca peut tout à fait se faire par téléphone.
- Je remercie toujours le temps qu'on m'a consacré par un e-mail court en rentrant chez moi. Et je garde mes contacts pour les informer plus tard de mon évolution, donner mes nouvelles.

Comme vous pouvez le voir, certains points se rapprochent du networking. En fait c'est aussi un outil de networking. J'ai pratiqué ces entrevues en France pour mieux connaître le milieu commercial de la musique classique. J'ai beaucoup appris grâce à cette méthode.

Par rapport au Canada je dirais que :
- En France l'entretien a plutôt tendance à durer 1h30 contre 30min au Canada. C'est un peu chelou de se voir que pour 30min ici.
- Au Canada l'entretien commence 5 minutes avant l'heure prévue... contre parfois 30min de retard en France !
- En France le mentor se sent un peu obligé d'aller plus loin que l'interview, et propose souvent un bonus (visite des locaux, entrevue avec un recruteur, ...). Au Canada, c'est parfaitement compris qu'on se voit 15 à 30 minutes et on peut ne jamais plus se revoir.
- En France, il faut souvent avoir une "bonne raison" de se voir, comme par exemple avoir un contact en commun. Au Canada, comme l'exercice est plus répandu, ce n'est pas nécessaire, même si au premier contact il faut quand même convaincre un minimum.

J'aime la phrase de ce document : "La plupart des gens aiment parler de ce qu’elles/ ils font – n’hésitez pas à demander." C'est une des bases des entrevues informationnelles. Dans le même document vous verrez à quel point le sujet est présenté ici comme un outil de recherche à l'emploi. Comme je l'ai dit, c'est du réseautage, et le réseautage mène souvent à des opportunités professionnelles.

Je rajouterais pour terminer : "C'est quand on a besoin de rien qu'on obtient le plus".

samedi, octobre 15, 2011, 05:50 PM ( 89 lectures ) - Peinture - Posté par Mickaël
Le musée d'art moderne du centre Georges Pompidou regorge d'oeuvres incroyables, de renommée internationale. Sur deux étages, il regroupe les oeuvres contemporaines au quatrième ; et des oeuvres moderne (vingtième siècle) au cinquième. Les deux périodes se différencient surtout par le type d'oeuvre. Alors que le vingtième reste très ancré dans le format tableau, les oeuvres plus récentes sont plutôt des installations et des objets (architecture, design).

J'ai sélectionné ici trois tableaux qui a eux seuls valent le coup de visiter ou revisiter ce musée de tout premier rang.

Pendant la visite, il est possible (et encouragé) de se greffer à un groupe avec guide, même pour enfants. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ces oeuvres sont accessibles, et par leur taille et leur présentation ne laissent personne indifférent, même les moins sensibles. Mais un petit coup de pouce, en particulier pour replacer l'oeuvre dans son contexte, ne fait jamais de mal. Suivez les liens que je donne plus bas avant d'aller visiter, et vous serez incollables.

Jaune - Rouge - Bleu de Vassily Kandinsky (1925n Huile sur toile, 128 x 201, 5 cm).

"L’œuvre est composée de deux parties qui s’opposent : lignes géométriques à gauche, formes libres à droite. L’accent principal est mis sur les trois couleurs primaires qui, de gauche à droite et dans l’ordre : jaune, rouge, bleu, articulent la composition. L’opposition du jaune chaud, lié au mouvement, et du bleu froid, stable, lié à la forme du cercle y est mise en jeu. La partie jaune est lumineuse, légère, des fines lignes droites et noires l’accompagnent. Elle s’inscrit sur un fond pâle aux bords bleu-violet où la peinture est appliquée de manière à produire la sensation d’un ciel avec ses nuages évanescents qui semblent se prolonger au-delà du tableau. A l’opposé, la partie droite est sombre, le cercle bleu se détache sur un fond jaune clair, rythmé par la ligne serpentine noire d’épaisseur variée. Entre les deux polarités du jaune et du bleu, se déploie une multiplicité de formes : rectangles rouges, se lisant derrière les transparences des formes biomorphiques, damiers en couleurs et noirs et blancs." (source)


Pablo Picasso, Deux Femmes sur la plage (Femmes devant la mer), 16 juin 1956, Huile sur toile, 195 x 260 cm.

Surfaces planes et volumes s’imbriquent dans l’espace, et la peinture dialogue avec la sculpture, selon l’habitude de Picasso de passer indifféremment de l’une à l’autre. Les détails des visages, le motif du miroir à la main où se regarde la femme de gauche, se subordonnent à la puissante structure d’ensemble. La couleur elle-même, réduite à l’essentiel, détache les deux nus ocre-rouge du fond bleu pâle. Tandis que la figure de gauche dresse son torse à la verticale, l’autre s’incurve, prolongeant ce mouvement dans le cou qui se baisse pour finir dans le rectangle du bras." (source)

Nicolas de Staël, Les Toits, 1952 Huile sur isorel, 200 x 150 cm.

"Intitulé Ciel de Dieppe ou Les Toits, ce tableau monumental de 200x150 prolonge la série des “murs” de 1951 (présentée également dans l’exposition), avec le souci de partir d’un véritable référent visuel: le ciel vu à Dieppe ou les toits parisiens qu’il voyait de son atelier. Néanmoins la référence au réel est soumise aux exigences d’une composition qui nie les lois de la perspective et qui s’organise à l’enseigne de la frontalité. Ici le ciel s’allonge jusqu’à l’entassement des tesselles aux tonalités sombres qui occupent la partie inférieure du tableau." (source)

<<Premier <Précédent | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | Suivant> Dernier>>