Mickaël Arcos

vendredi, août 12, 2011, 10:13 AM ( 36 lectures ) - Musique - Posté par Mickaël
Le 12 août, le festival proposait une nuit du piano consacrée aux duos des soeurs Naughton et Buniatishvili. Deux concerts très différents autour du quatre main et du double piano.

Le premier concert a vraiment surpris par l'incroyable synchronisation des deux soeurs (jumelles) et la perfection technique tout au long du concert. Il est rare d'assister à des concerts où rien n'est reprochable techniquement, qui plus est à deux : aucune fausse note, aucun accroc, aucun décalage. C'était impressionnant de symbiose musicale. Pour couronner le tout, l'intégralité du concert s'est donné sans partition, fait également rare en musique de duo. Une performance hors du commun donc.

Je me permets tout de même d'émettre la critique qu'il y a assez peu de surprise, malgré une musicalité très travaillée. Cette musicalité semble parfois un peu trop collée, en particulier dans la sonate de Mozart jouée un peu trop vite à mon goût. Le Lutoslawski était un choix parfait pour elles-deux, et était pour moi le clou du spectacle.

S'en suivait les soeurs Buniatishvili. Je découvrais hier l'existence de Gvantsa, Khatia étant déjà bien connue des circuits de musique classique de haut vol (je l'ai vue à Radio France). Le concert était tout autre, et a quasiment relégué le premier concert à de la musique de salon tellement le choix musical était ici porté sur de longues épopées plutôt que des pièces courtes et joviales. Pourtant les morceaux n'étaient pas si facile d'accès. La deuxième suite de Rachmaninov n'est pas ce qui le caractérise le mieux, et la fantaisie Porgy and Bess n'en finissait plus. En contrepartie nous étions littéralement plongés dans un tourbillon musical sans fin, qui se terminait par la valse de Ravel, symbolisant parfaitement le cheminement dans lesquels ces deux soeurs ont décidé de nous mener.

<<Premier <Précédent | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | Suivant> Dernier>>