Mickaël Arcos

dimanche, août 18, 2013, 03:58 PM ( 222 lectures ) - Voyages, Sport - Posté par Mickaël
A Paris le canal de l'Ourcq est connu pour quitter la Villette vers... en dehors de Paris ! Mais où va-t-il, et d'où vient-il ?

Comme souvent, le canal de l'Ourcq se voit flanqué d'un chemin praticable en vélo. C'est ainsi que je nous l'avons parcouru, en entier et à partir de Paris.

L'Ourcq est une rivière qui prend naissance au-dessus de Fère-en-Tardenois dans le département de l'Aisne. Cette petite rivière suit une large vallée et rejoint la Marne, en limite des communes de Lizy-sur-Ourcq et Mary-sur-Marne, après un cours d'environ 87 km. Ce cours est en fait canalisé à partir de Silly-la-poterie jusqu'à la Marne, 10km plus loin entre Lizy et Mareuil. A ce niveau, il est dévié pour acheminer son eau à Paris.

C'est ainsi qu'il faut donc voir ce canal : en deux parties. Son histoire est très détaillée par l'association Au Fil de l'Ourcq (voir liens plus bas). C'est Bonaparte qui ordonne et contrôle le "nouveau canal", qui va acheminer l'eau à Paris, "près de la Villette". La première partie, pensée par Pierre Paul Riquet, également réalisateur du canal du midi, rendait navigable l'Ourcq de Silly la Poterie à la Marne. La Marne allant à Paris en se jettant dans la Seine à Alfortville. L'objectif était d'amener à Paris par voie fluviale les céréales, bois de chauffage et de construction déjà produites dans le pays de l'Ourcq.

En vélo, le canal est praticable sur toute sa longueur, bien qu'il soit orné d'incompréhensibles panneaux "interdit aux vélos". Une piste cyclable longe le canal entre Claye-Souilly et Paris, sur plus de 30km. C'est une très belle piste par ailleurs. Ensuite, le chemin est celui du halage, sur les quelques 70 km restants ! Jusqu'à Silly-la-poterie et le port aux perches.

Nous avons fait le choix de le faire en deux jours aller, deux retours. C'est déjà très épuisant ! Un camping près de Meaux, offrant une très belle vue sur la Marne, nous a accueilli pour la nuit. Il se trouve à Trilport.

Au bout du canal, il est possible de voir donc l'Ourcq ! Moment intense ! C'est à ce moment que la piste s'arrête. Nous sommes à deux pas de Silly-la-poterie, dans un petit espace aménagé pour accueillir un bateau et une modeste guinguette ouverte tous les dimanches de la belle saison. Le lieu se nomme le Port aux Perches.

Difficile de loger dans les environs ! La dernière ville sur le canal, la Ferté-Milon ne dispose que d'une chambre d'hôte (pleine). Nous avons viré sur Viller-Cotterêt à 10 km de là (il faut trouver les forces !) et loger dans un très modeste hôtel.

Le canal n'est pratiquement pas emprunté par les bateaux. Il est très rarement aménagé, à part quelques villes qui l'ornent d'un agréable parc. A part sur la portion cycliste, les promeneurs et cyclistes sont rares. Les agréables plans de vues sont quasiment à l'exclusivité des pêcheurs amateurs qui y trempent leur bouchon, sur tout le long du canal. De rares canoës circulent. C'est à Paris qui est le plus mis en valeur d'après moi, en particulier pour Paris-Plages... mais nous parlons déjà du bassin de la Villette, et non plus du canal de l'Ourcq !

Pour en savoir plus :
L'association Au fil de l'Ourcq (consultez la page historique)
Pierre-Paul Riquet (site du canal du midi)
Le canal de l'Ourcq par la Mairie de Paris. Un excellent résumé
Le port aux Perches. Manger, naviguer... à l'autre bout du canal !
Paris-Plages au bassin de la Vilette

dimanche, juin 19, 2011, 11:37 AM ( 31 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
C'est la durée pendant laquelle j'étais hors de France. 1 an à Calgary, dans le cœur du Canada économique et traditionnel, et 4 mois dans toute l'Argentine, sauvage et aux portes de la modernité.

Pour certains la vie est une succession d'événement temporaires, de ruptures, de reprises. Pour d'autre, comme moi, c'est un long fil qu'on tire un peu partout en y agrippant des personnes, des lieux, des souvenirs...

Une succession au hasard de lieux et de rencontres.

Les voyages ne forment pas la jeunesse mais la découverte ouvre l'esprit. L'installation, la réinstallation, le déménagement et le déplacement permanents réduisent la matérialité à son plus simple élément. L'enveloppement social devient précieux, comme fragile. Les gadgets disparaissent avec la technologie, la nature prend tout le sens, et la beauté ne semble jamais fabriquée.

Pourtant au quotidien, c'est beaucoup de choix et de décisions, d'organisation désorientée, de rendez-vous, de préparation, ce dont je témoigne pour le Canada dans mon guide "Vivre et travailler au Canada anglophone", que vous pouvez vous procurer ici.

Ce billet a une finalité : je rouvre mon blog personnel.

Photo: El Bolson, Rio Negro, Argentine.

dimanche, juillet 19, 2009, 11:31 PM ( 27 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
En rouge mes déplacements en vélo, et en bleu en train.


Afficher Vacances en France en train & vélo sur une carte plus grande

dimanche, juillet 19, 2009, 10:38 PM ( 28 lectures ) - Voyages - Posté par Mickaël
C'est le jour des vacances où on a tous dit un jour, "Demain je travaille". Dommage. Pour m'éviter 4 TER de 9h à 20h pour faire Aix en Provence Paris avec mon vélo (en passant par Marseille, Lyon et Dijon), j'échange mes billets pour le TGV. Le vélo reste à Villelaure le temps de trouver un aimable automobiliste pour faire la route en voiture.

Je profite donc de ce dernier jour pour buller, et continuer sur la lancée du samedi mon esprit "après 350 bornes de vélo ça fait du bien de se poser".

J'en profite aussi pour constater que :

- Le TGV n'aime pas les vélos. Pour les longues distances, si on veut emmener le vélo soit on colle la carte du métro parisien sur toute la France et on joue aux correspondances les plus courtes, soit on prend la voiture. Les TGV qui prennent les vélos existent cependant, mais c'est pas toi qui choisit où tu vas, c'est lui.

- On bouffe bien en France. Le McDo fut sur mon parcours un simple hotspot WiFi. Contre toute prévision, mon trip estampillé Sport & Culture s'est également doté de la mention "Gastronomie". Moules-frites, magret de canard, glaces maison, rouge et rosé et j'en passe des plats plus ou moins cuisinés mais avec du bon produit. Ne me croyez pas si gourmet, je m'accommode de tout et apprécie plus la compagnie autour de la table que le plat au fond de l'assiette, mais je constate...

- Pour un parcours à plus long terme, le sac de couchage voire la tente sont de rigueur. Difficile de réserver hôtel, chambre d'hôte ou auberge de jeunesse quand on est dépendant le matin de la météo, de la surface et du dénivelé du parcours, de la fatigue... et de l'inspiration. Le tout sur le vélo, sans sac à dos, permet un grand confort. On ne porte plus ses bagages, on pousse le vélo.

C'est l'heure du départ. TGV à la gare d'Aix en Provence, et j'attends. A la fenêtre le paysage défile à très grande vitesse.

C'est la fin des vacances.

Paris Gare de Lyon, tous les voyageurs sont invités à descendre du train.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant> Dernier>>